Visite du quartier de la Pointe Courte et Sète (Fr-Hérault)
Article mis en ligne le 31 janvier 2020
dernière modification le 25 décembre 2020

par Thierry

Nous n’avons jamais visité le quartier de la Pointe Courte à Sète. C’est la perle rare qui entretient la maison de Morgane qui nous en a parlé, elle y habite. Et nous sommes allés jusque là aujourd’hui.

Un havre de paix en dehors de l’agitation de la ville et des touristes (en hiver !).

Superbe quartier qui a gardé le souvenir du film d’Agnès Varda (voir plus bas). Et des habitants fiers de leur quartier et de leur mode de vie.

Et nous avons apprécié certaines maximes bien affichées sur les panneaux de bois des portes… Un régal pour nous !

Exemple :

J’adore !!!

Venez donc voir les photos sur cette galerie Visite de la Pointe Courte et Sète

Agnès Varda

Agnès Varda, née Arlette Varda le 30 mai 1928 à Ixelles et morte le 29 mars 2019 à Paris, est une photographe, réalisatrice de cinéma et plasticienne française.

Proche du mouvement dit de la Rive Gauche, contemporain de la Nouvelle Vague, Agnès Varda a notamment réalisé La Pointe Courte (1955).

Durant l’été 1954, en s’inspirant de la structure des Palmiers sauvages de William Faulkner et avec l’aide d’une coopérative constituée pour l’occasion, elle tourne à Sète son premier long métrage de fiction, La Pointe Courte joué par Philippe Noiret et Silvia Monfort et monté par Alain Resnais. Ce film fera date.

La Pointe courte — film d’amateur, tourné en 35 mm, avec des moyens de fortune, hors du circuit économique traditionnel. Chronique néo-réaliste d’un village de pêcheurs et dialogue d’un couple qui fait le point. Toutes les caractéristiques de la jeune école du cinéma se trouvent réunies dans La Pointe courte et Alain Resnais, qui en fut le monteur, n’a jamais caché l’influence que ce film a eue sur lui.