La vérité sous pression

La vérité est également mise à mal dans le monde, comme l’ont prouvé les crises du coronavirus, migratoire... et maintenant la guerre d’Ukraine.

Certaines personnes (politiciens, "spécialistes Facebook",... ) savent mieux que quiconque qu’ils s’en tireront sans aucun problème s’ils disent après coup que “cela aurait pu être vrai.” C’est ce qui gâche tout débat honnête et encourage les citoyens à ne croire que ce qui correspond à leur propre point de vue. Et le plus cynique, c’est que ces contre-vérités sont souvent défendues en brandissant la liberté d’expression.

Or, les fausses nouvelles sont diamétralement opposées à la liberté.

Toute personne qui veut être libre doit pouvoir faire des choix en connaissance de cause, ce qu’évite la désinformation. Ce n’est pas un hasard si les fausses nouvelles sont principalement utilisées par les despotes, leurs hommes de mains et par les extrémistes. Ce n’est pas une coïncidence si les manifestations contre les mesures sanitaires, par exemple, ont été détournées par des extrémistes de gauche et de droite. Des personnages ... qui prétendent soudainement défendre la liberté.

Le plus grave, c’est que certaines personnes relayent volontairement des publications, sachant parfaitement que ce sont des inepties.

Si nous permettons aux extrémistes de se développer en Europe occidentale en tolérant leurs mensonges, nous finirons par avoir un Poutine au pouvoir. Et l’Europe risque encore plus d’être meurtrie par la guerre.